LES ANSELMET ET LA VIGNE, UNE DÉPENDANCE MUTUELLE

LE PREMIER ANSELMET CONNU EST ANTOINE, UN VIGNERON DU XVIe SIÈCLE.

Son nom figure dans l'acte d'achat d'un vignoble à Introd, un village situé sur la rive gauche de la Dora Baltea, à l'ouest d'Aoste, dont la vallée, à partir du XVe siècle, représente la plus importante zone viti-vinicole de la Région.
 

Depuis lors, le lien avec la terre et les vins produits ici n'a jamais quitté la famille. À travers les générations et les défis quotidiens auxquels la montagne soumet ses habitants, les Anselmet ont consacré leur vie à la terre et aux rangs de vigne, transmettant un savoir artisanal qui, au fil du temps, s'est enrichi des expériences, des rencontres et des connaissances accumulées par ses membres.

Mon premier maître a été le chanoine Joseph Vaudan.
C'est de lui que j'ai appris que le vin n'est pas le fruit du hasard, mais une confrontation continue entre l'homme et la nature.

Giorgio Anselmet
D'une viticulture fondée sur la subsistance et la consommation familiale, souvent orientée vers la production de produits en vrac comme monnaie d'échange pour les produits des hautes vallées, cet acte de "faire du vin" de la famille Anselmet a évolué, s'est spécialisée et rationalisée, apprenant, jour après jour, vendange après vendange, à connaître les caractéristiques des terroirs de la Vallée d’Aoste, des cépages autochtones, du climat et des rapports délicats qui unissent le travail de l'homme au milieu montagneux dur, inaccessible et fatiguant.
 

UN PAS EN AVANT

C'est en 1978 que Renato Anselmet, ayant hérité des vignobles de son père Enrico, décide de poursuivre la tradition familiale, en faisant un pas en avant. Il choisit de produire du vin selon des critères de qualité plus rigoureux, privilégiant la qualité à la quantité. Du vignoble séculaire des Anselmet à Villeneuve, il produit les 70 premières bouteilles, dont certaines sont appréciées et achetées par des restaurateurs de la région. À partir des années 90, Renato achète de nouvelles parcelles et s'inscrit dans la jeune Association des Vignerons de Villeneuve, dont il devient président, ce qui lui permet d'échanger des idées, de rejeter les superstitions et de recueillir des conseils sur la manière d'élever et d'améliorer les vins produits dans la Vallée.
 

LA PASSION DES PIONNIERS

La passion de la vigne et la curiosité des pionniers : tels sont les dons que Renato Anselmet a transmis à son fils Giorgio, qui dirige aujourd'hui l'exploitation avec sa femme Bruna Cavagnet et leurs enfants Henri, Stéphanie et Arline. Un apprentissage fait d'expériences, d'erreurs, de remises en question, de voyages, de dégustations et, surtout, de rencontres décisives. La première a lieu avec le chanoine Joseph Vaudan, professeur à l'Institut Agricole Régional, où Giorgio fait ses études. La leçon de Vaudan, toujours à la base de la nouvelle viticulture valdôtaine, est l'étincelle d'une nouvelle prise de conscience: le vin dans la Vallèe d'Aoste n'est plus le fruit du hasard, mais d'une confrontation humaine, scientifique et technologique continue aux conditions rigides imposées par la montagne. Les traditions héritées de la culture paysanne ont pu rencontrer les techniques agronomiques et de vinification les plus modernes pour produire des vins fiers de leur identité et qualitativement irréprochables, résultat d'expérimentations continues et de tests incessants. Vaudan démontre que la Vallée d'Aoste peut être une grande région viti-vinicole et que les vins de montagne, interprétés par des vignerons désireux de se démarquer, peuvent trouver une expression personnelle et une qualité égale aux régions viti-vinicoles les plus prestigieuses du monde.

CARACTÈRE VALDÔTAIN

Sous l'enseignement de Vaudan, Giorgio Anselmet modifie radicalement sa façon de « faire du vin ». Il applique en premier dans la Vallée d'Aoste les techniques de taille en cordon éperonné aux vignes autochtones. Le vignoble devient le centre de gravité de l'activité de production et la cave un moyen d'interpréter, de mettre en valeur et d'exalter ce que la terre imprime, saison après saison, dans le caractère du vin. L'achat de nouvelles parcelles est suivi par l'étude des meilleures variétés à planter. Des cépages autochtones sont récupérés, qui ont été oubliés comme le Petit Rouge, le Cornalin, le Fumin, le Mayolet et le Muscat ; et des variétés internationales sont choisies comme le Pinot Noir, le Merlot, le Chardonnay, le Gamay et le Pinot Gris, cherchant de valoriser leur caractère « valdôtain » par un choix scrupuleux des lieux de plantation.
 

NOUVELLE CAVE ET NOUVELLES RENCONTRES

C'est sur ces mêmes coteaux, à Villeneuve, où le premier Anselmet a livré son travail de vigneron, qu'a été inaugurée en 2007 la nouvelle cave, une structure en bois, en pierre et en fer forgé où les efforts déployés dans le vignoble rencontrent les techniques de vinification et les affinements dédiés à chaque vin, étudiés millésime par millésime. La coordination des travaux est assurée par Beppe Caviola, un des œnologues contemporains les plus respectés, qui apporte aux vins de la Maison Anselmet son extraordinaire expertise technique. Aujourd'hui, Anselmet cultive environ 10 hectares de vignobles répartis en petites ou très petites parcelles en terrasses sur les pentes de la Dora Baltea, entre Avise et Chambave. Une production entièrement manuelle, tant dans le vignoble qu’en cave, qui met en valeur l'incroyable variété et l'extraordinaire personnalité des vins valdôtains, en cherchant à capturer leur caractère changeant et grandiose, insaisissable mais clairement territorial.


FRAZ. VEREYTAZ, 30
11018, VILLENEUVE AO
TEL. +39 0165904851
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
P.IVA 01022140071

 

×
×